Le closing d’un processus qui varie en fonction de plusieurs facteurs

Le closing est l’étape fondamentale permettant à l’acquéreur de devenir le chef de l’entreprise. S’opposent alors deux profils types qui ont chacun une grande importance pour la suite et l’avenir de la société. Pour vous aider à comprendre ce processus, nous fournissons un aperçu des étapes typiques d'une acquisition d’entreprise.

Le closing d’acquisition selon le profil du repreneur

Le cas du repreneur peu consciencieux

Lors des opérations d'acquisition d'entreprise, les profils des repreneurs ne sont pas tous les mêmes. Nous pouvons avoir un investisseur qui manque d'expérience et de professionnalisme, qui aura plus de difficulté à s’intégrer à l’entreprise. En effet, si l'investisseur ne prend pas le temps de bien connaître l’entreprise avant l'étape du closing, il n’aura pas de légitimité auprès des salariés. Il sera perçu comme un étranger, notamment si l’ancien propriétaire était proche de ses collaborateurs.

S'il ne parvient pas à mettre en place des liens solides avec les autres, le nouvel acquéreur risque de se retrouver face à de grandes difficultés dans la gestion de l'entreprise, seul face aux contrats en cours et aux partenaires de l’entreprise nouvellement acquise. De plus, bien souvent, il n’aura pas non plus développé les bonnes bases pour une relation saine avec son prédécesseur, ce qui peut être assez problématique lors de la période d’accompagnement.

Le cas du repreneur professionnel

À l’inverse, il y a le repreneur qui prend le temps de connaître précisément à quoi correspond une acquisition d’entreprise. Il se sera donc bien informé auprès d'experts, et aura probablement suivi des formations traitant de la question. Ainsi, lors du closing de l'acquisition, il se fera accompagner par des professionnels, qui peuvent l’aider dans les domaines techniques tels que les aspects juridiques, économiques et financiers.

De plus, d’un point de vue plus social, un repreneur professionnel prend soin de développer correctement ses relations avec son prédécesseur, et fait également en sorte de visiter les locaux et de connaître le personnel de l’entreprise. En outre, pour que les différentes étapes de l'acquisition puissent se dérouler sans problème, il faut, bien évidemment, que l’acquéreur ait respecté un certain nombre d’étapes préalables.

Quelles sont les étapes qui précèdent le closing ?

L'une des premières étapes dans une acquisition est l’accord de confidentialité. Il s'agit d'une lettre essentielle signée par l’acquéreur, qui s’engage ainsi à ne pas faire mauvais usage des informations qu’il peut obtenir de la part de l’ancien propriétaire au sujet de l’entreprise dont il est question. Les étapes suivantes peuvent être décrites ainsi :

  • Le dossier de présentation ou mémoradum d’information : il fait suite à l’accord susmentionné, est assez complet et contient : une présentation globale de la société, son activité, sa clientèle, ses différents moyens de production, son organisation, ainsi que des chiffres significatifs, afin que l’acquéreur puisse obtenir une idée globale sur la société.
  • La rencontre entre les parties : cette étape est primordiale afin d’assurer le bon déroulement de la suite des opérations et des échanges qui s’effectueront entre les parties jusqu'au closing et l'après-closing.
  • La lettre d’intention : après de nombreux échanges et les questions sur les zones sombres discutées, il y a la lettre d’intention, que le repreneur soumet au vendeur et qui inclut : le calendrier prospectif de la société, un ordre de grandeur du prix ainsi que sa méthode d’estimation et, enfin, des points essentiels pour lesquels l’acquéreur peut exprimer un besoin d’approfondissement.

La signature finale de l’acte de vente est la dernière étape que l’on désigne par le terme de « closing ». Afin que la signature d’un tel document puisse se faire, il est primordial que les créanciers aient fixé une date précise de paiement.

Ce n’est donc qu’à la fin de ce processus que le closing est achevé et que l’acquéreur devient chef d’entreprise. Pour l’aider s’ouvre alors une période d’accompagnement de l’acquéreur par l’ancien propriétaire, ce dernier pouvant soutenir son successeur pendant ses premiers jours, semaines ou mois au sein de la société.