Le diagnostic de l’affaire : une étape cruciale avant une acquisition

Dans le but de mettre en œuvre une préparation convenable pour votre opération, il vous faut effectuer un diagnostic d’acquisition permettant d'avoir une vue d’ensemble sur l’entreprise et décider de conclure l’acquisition, ou non. À ce titre, différentes étapes sont nécessaires pour un diagnostic fiable et complet. À noter que ce dernier sera directement dressé par l’acheteur, accompagné ou non par un professionnel.

Un diagnostic pour préparer une acquisition d’entreprise

Le diagnostic d’acquisition permet d’évaluer la situation de l’entreprise dans son ensemble. En effet, un investisseur fait généralement le tour d'un bon nombre d'entreprises avant de déterminer celle qui est valable pour une acquisition viable. À cet effet, pour attirer l'intérêt des acquéreurs potentiels, un diagnostic détaillant les points forts et les lacunes est un élément décisif. Les conclusions d’un tel diagnostic permettront à l’acheteur d’appréhender les perspectives de la société et de se préparer pour les négociations de reprise avec le vendeur.

Le diagnostic d’acquisition est généralement effectué en se basant sur divers documents :

  • Documents d’informations générales : K-bis du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) pour les activités commerciales, ou du répertoire des métiers pour les activités artisanales. Le procès-verbal de la dernière assemblée générale, les statuts de la société, le rapport de gestion ou le dernier rapport annuel, et le rapport des commissaires aux comptes ;
  • Documents financiers : seront consultés les bilans des trois derniers exercices comptables ainsi que les annexes qui s’y rattachent, l’analyse détaillée du chiffre d’affaires des trois à cinq dernières années, les comptes de résultat des trois derniers exercices, les échelles d’arrêtés trimestriels, ainsi que les relevés des comptes bancaires ;
  • Documents divers : d’autres documents peuvent être demandés tels que les divers contrats inhérents à la société, le bail commercial, les participations détenues, les titres de propriété, le plan des locaux la liste des salariés, ou encore l’état des équipements.

Le diagnostic d’acquisition en détails !

Le diagnostic d’acquisition est, en réalité, un ensemble de « petits » diagnostics concernant l'entreprise :

1.     Diagnostic de l’activité :

Permet de mesurer le potentiel du marché dans lequel évolue l’entreprise ; il estime également la compétitivité de cette dernière et son potentiel et permet d’évaluer la concurrence et les risques qui pèsent sur le marché. Il s'agit là de l'un des éléments les plus décisifs dans l'achat d’une société.

2.     Diagnostic des moyens :

Cet aspect du diagnostic d’acquisition porte sur l’immobilier ainsi que les installations et les équipements de l'entreprise, l’état du matériel, l’organisation de la gestion, les stocks, la production et la vente des produits de l’entreprise, sans oublier d'autres moyens dont elle dispose pour son fonctionnement.

3.     Diagnostic des ressources humaines :

L'évaluation des ressources humaines permet au futur acheteur de jauger le rôle, l’importance et les fonctions des salariés. Cela aide également à mettre en avant les risques liés au départ du dirigeant ou de corriger les déséquilibres éventuels concernant la gestion de l’entreprise. En outre, cet aspect du diagnostic acquisition doit également permettre à l’acheteur de déterminer précisément l’organisation juridique de l’entreprise et de prendre connaissance des contrats en cours et des obligations contractuelles qui y sont attachées.

4.     Diagnostic de l’état financier :

Il s'agit d'une étude qui permet d’effectuer une analyse financière, d’établir précisément la santé financière de l’entreprise, les documents annexes, ainsi que le compte de résultat. De ce fait, l’acheteur peut s’assurer de la rentabilité de la société.

5.     Diagnostic qualité - sécurité - environnement ou QSE :

Cette analyse permet de vérifier si la société respecte l’ensemble des réglementations en vigueur concernant la sécurité du personnel et l'entretien des équipements, mais aussi la gestion des déchets, les nuisances générées par l'activité de l’entreprise, la conformité aux règles d’hygiène, ainsi que la gestion d’éventuels produits chimiques utilisés ou produits par l’entreprise.

Une fois que tous les éléments du diagnostic d’acquisition sont bien examinés, cela permet au futur acquéreur d’avoir une vision claire et précise sur l’entreprise dans sa globalité.